A toi Louise...

Publié le par Réveur d'Afrique

Peu de gens ont eu la force d'assumer leurs choix de vie, au point de refuser la gloire et la fortune.

 

Louise Brooks fut de ceux-là. Icône du cinéma muet, elle a osé dire non à Hollywood et est retournée à une obscurité avant de devenir, de son vivant, un mythe.

 

Il reste aujourd'hui quelques films en noir et blanc, une actrice dont la beauté est éternelle et un jeu tellement naturel. Peu d'actrice ont autant su jouer de la caméra.

Il reste aussi des grands regrets : Louise n'a certainement pas eu la carrière que son talent méritait.

 

Il reste aussi une femme, intelligente et blessée, qui portait un regard lucide et tragique sur le monde.

 

" 7 janvier 1976

Cher Guido,

Je vous remercie beaucoup pour votre beau livre et les bandes dessinées. (Mais vous ne m'avez pas dit ce que signifiait la pantoufle hyper-active du recueil).

Je vous envoie IMAGE avec la photocopie de la bande dessinée DIXIE DUGAN car elle illustre un fait unique. Pour autant que je sache il n'y a pas d'actrice américaine qui ait servi d'inspiratrice à un seul strip et certainement jamais à deux. John STRIEBEL dessina DIXIE de 1926 à 1966. Et vous avez commencé VALENTINA en 1965 comme si vous me repreniez lorsqu'à sa mort John m'abandonna. Valentina pourrait-elle être la Louise BROOKS perdue? Dixie DUGAN ne l'était pas. Elle était fine et intelligente et savait toujours s'arranger dans un monde qu'elle comprenait parfaitement.


Ortega Y Gasset écrivit que "Nous sommes tous perdus", c'est seulement quand nous avouons cela que nous trouvons nous-mêmes et vivons dans le vrai. J'ai su que j'étais perdue alors que j'étais encore enfant et ma mère ne pouvait comprendre pourquoi je sanglotais toute seule. Tourner des films à New York fut parfait parce que j'y appris beaucoup et que j'y découvris Tolstoï et ANNA KARENINA. Puis je fus renvoyée à Hollywood en 1927 pour faire des films. Personne ne put comprendre pourquoi je détestai ce lieu atroce et destructeur qui semblait aux autres un paradis merveilleux. "Qu'est-ce qu'il y a Louise? Tu as tout! Que désires-tu?". Pour moi, c'était comme un cauchemar - je suis perdue dans les corridors d'un grand hôtel et je ne puis trouver ma chambre. Les gens passent à côté de moi comme s'ils ne peuvent ni me voir ni m'entendre. Aussi ai-je tout d'abord fui Hollywood et depuis m'en suis-je toujours tenue éloignée. Et maintenant, à 69 ans, j'ai abandonné l'espoir de jamais me retrouver moi-même. Ma vie n'aura été que néant.


Mais si je regarde en arrière, il y eut cependant une période où j'ai vécu en paix avec moi-même: à Paris, en 1929, au moment où je tournais Prix de Beauté. Je pense que ce fut parce que je ne parlais pas français. Etre perdue était tout à fait naturel parmi ces gens avec lesquels je ne pouvais échanger ni idées ni sentiments.

Que dit Valentina de tout cela?


Love.

Louise


Souvenez-vous de ce que dit le père lors du retour du fils prodigue: "Il était perdu, et il est retrouvé". C'était le père qui RETROUVAIT le fils perdu. D'une manière ou d'une autre, je n'ai pas réussi à être retrouvée."

 

Louise Brooks est morte en 1985 d'une crise cardiaque à 79 ans après plusieurs années de solitude voulue.

 

louisebrooks-731226.jpg

 

 

C’est en 1955, à l’occasion de l’exposition « 60 ans de cinéma », au Musée National d’Art Moderne de Paris, qu’elle sera de nouveau mise à l’honneur et célébrée. Un immense portrait de Louise Brooks ouvre l’exposition et, quand un visiteur s’étonnera qu’on l’ai choisi plutôt que Garbo ou Dietrich, Henry Langlois lui répondra son célèbre : « Il n’y a pas de Garbo ! Il n’y a pas de Dietrich ! Il n’y a que Louise Brooks ! ». En 1958 il lui consacrera, en sa présence, une rétrospective à la cinémathèque française et la fera redécouvrir à toute une génération de cinéphiles émerveillés.

 

Et ce n'est pas un hasard si aujourd'hui encore, les artistes tels que Brian Molko (Placebo), Katherine Pancol ou Vanessa Paradis se réclament d'elle.

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Bonjour,<br /> Je suis également un "rêveur d'Afrique" et je souhaite vous faire connaitre mon livre, récit réel "Gao, je t'aime" qui vient de paraitre chez l'Harmattan. Voir les sites de l'Harmattan et vidéo You<br /> Tube. Je suis nul en com. internet et donc mon site over-blog est de même. Si mon bouquin retient votre attention, (voir les extraits de ma présentation sur over blog ou babelio), merci de relayer<br /> l'information. je suis à votre disposition pour discuter de notre passion commune.<br /> Bien à vous,<br /> Jacques
Répondre
P
bravo au rêveur d'Afrique<br /> <br /> Dans le cadre de mon projet poétique<br /> blogs-musée pertinents mais aléatoires<br /> pour mon oeuvre littéraire<br /> pertinente mais aléatoire<br /> <br /> permettez-moi de vous présenter<br /> une de mes chansons<br /> dont vous retrouverez<br /> paroles et musique sur<br /> <br /> www.demers.qc.ca<br /> chansons de pierrot<br /> paroles et musique<br /> <br /> LE REVE DU CAMIONNEUR<br /> <br /> LA CHANSON DU CAMIONNEUR<br /> <br /> COUPLET 1<br /> <br /> j’suis su l’camion 60 heures par semaine<br /> j’t’aime<br /> <br /> des fois j’triche un peu<br /> j’fais des heures pour nous deux<br /> on dormira plus tard<br /> quand on s’ra des beaux vieux<br /> <br /> moi je vis juste pour toé<br /> j’ai hâte à fin de semaine<br /> j’t’aime<br /> <br /> de cogner du marteau<br /> quand tu fais du gâteau<br /> t’es si belle au fourneau<br /> mais j’veux mieux pour ma reine<br /> <br /> REFRAIN<br /> <br /> suffit qu’tu m’dises<br /> que tu veux changer la cuisine<br /> enlever l’comptoir à melamine<br /> <br /> pour que la route<br /> entre La Tuque et Trois-Rivières<br /> soit la plus belle de l’univers<br /> <br /> COUPLET 2<br /> <br /> j’dors dans l’camion<br /> 4 nuits par semaine<br /> j’t’aime<br /> <br /> 3 heures du matin<br /> réveille par la fiam<br /> mon p’tit lit dans cabine<br /> est ben trop grand pour rien<br /> <br /> j’ai des idées<br /> pour la salle à manger<br /> j’t’aime<br /> <br /> j’ai ben hâte d’en jaser<br /> autour d’un bon café<br /> j’ai acheté les néons<br /> ceux qu’tu m’avais d’mandés<br /> <br /> COUPLET 3<br /> <br /> j’suis sul’camion<br /> quand la neige a d’la peine<br /> j’t’aime<br /> <br /> quand le vent trop jaloux<br /> la garoche entre mes roues<br /> j’ai autour du c.b.<br /> un vieux chapelet jauni<br /> <br /> tu m’l’as donné<br /> en pleurant comme une folle<br /> j’t’aime<br /> <br /> parce que t’es ben croyante<br /> pis t’as peur quand y vente<br /> à soir ton camionneur<br /> rentrera plus d’bonne heure<br /> <br /> REFRAIN FINAL<br /> <br /> suffit qu’tu m’dses<br /> qu’cest ben plus beau dans ta cuisine<br /> parce que mes bras en melamine<br /> <br /> te lèvent dans airs<br /> entre La Tuque et Trois Rivières<br /> toi la plus belle de l’univers<br /> <br /> suffit qu’tu m’dises<br /> qu’c’est ben plus beau dans ta cuisine<br /> parce que mes bras en mélamine<br /> <br /> te lèvent dans airs<br /> loin de la Tuque et Trois Rivières<br /> toi la reine de mes je t’aime<br /> toi la reine de mes je t’aime<br /> <br /> Pierrot<br /> vagabond celeste<br /> <br /> www.enracontantpierrot.blogspot.com<br /> www.reveursequitables.com<br /> <br /> google, video vagabond celeste, conteur simon gauthier
Répondre
S
Louise Brooks était une très grande femme !<br /> Bon article
Répondre
J
Un petit coucou!...D'une Amoureuse de l'Afrique!....Je reviendrai, pour bien découvrir ce blog!.... A bientôt<br /> jambo-africa
Répondre
C
<br /> Quelle beauté...<br /> <br /> <br />
Répondre